+
Portrait d'Yvonne Zervos en 1929
© Association "Fondation Christian et Yvonne ZERVOS"
cliquez pour agrandir

La genèse de l'association

+
Christian Limousin
© Association "Fondation Christian et Yvonne ZERVOS"
cliquez pour agrandir

En 1980, la Municipalité de Vézelay entre enfin en possession du legs et prend contact avec la Fondation de France. La réalisation d'une "vraie" fondation semblant impossible, elle décide de créer une association loi de 1901 dénommée "Fondation Christian et Yvonne Zervos à Vézelay" (statuts déposés à la sous-préfecture d'Avallon le 15 mars 1982, parution au Journal officiel le 3 avril). Edouard Baud, conseiller municipal, en est le premier président chargé d'éclaircir la situation juridique, statutaire et financière. Des contacts sont pris avec Yonne et Tourisme (organisme du Conseil Général) afin d'organiser des expositions d'oeuvres du legs (1982 : Gravures de Picasso ; 1983 : 90 oeuvres du legs Zervos à Vézelay et à Auxerre).

En 1982, la Municipalité décide d'élargir le conseil d'administration jusque là uniquement composé de membres de droit. En janvier 1983, une Assemblée générale extraordinaire élit quatre membres et l'un d'eux, Christian Limousin, succède à M. Baud à la tête de l'association.

L'association commence à travailler : tout est à faire. Elle entend organiser elle-même les expositions d'oeuvres du legs : Hélion (1984), L'art abstrait des années 50 (1985). Ces deux expositions sont accompagnées d'un catalogue republiant des textes de Zervos. Des contacts sont noués avec les amis des Zervos (Dora Vallier, Hélion, Domela, Boyan, ...). Un comité d'honneur est constitué. L'aménagement de la maison de La Goulotte est envisagé et des projets demandés à des architectes.

A l'automne 85, devant l'absence de perspectives claires et l'immobilisme frileux des membres de droit, trois membres élus (Christian Limousin, Daniel Robert, Madeleine Ciceri) démissionnent. Le conseiller général Paul Flandin est élu "président de transition". Il met aussitôt en sommeil l'association et confie à Yonne et Tourisme (Louis Deledicq) la préparation des futures expositions. L'histoire pourrait s'arrêter là...

...mais elle redémarre en 1996 lorsque la perspective de l'implantation du Musée Zervos dans la maison Romain Rolland se précise. Avec l'approbation de son conseil municipal, Bernard Chardon, maire de Vézelay, décide de relancer l'association et confie cette mission à Louis-Marcel Garriga. Le nouveau CA se met au travail avec différents axes qui se rejoignent tous dans la volonté de respecter la volonté du légataire : mise en place d'une nouvelle convention avec la mairie ; réalisation de travaux dans la maison de La Goulotte afin de la mettre "hors d'eau" et de pouvoir y présenter des animations et des expositions ; recollement des divers inventaires de la collection léguée ; reprise des expositions d'oeuvres du legs. Ce recentrage sur La Goulotte redonne l'espoir d'y créer enfin la "Fondation Zervos". Jacques Saulnier élabore en ce sens plans et maquettes.

En 1998, une importante exposition présente les artistes méditerranéens du legs Zervos ; elle est accompagnée d'un catalogue et d'un concert de musique espagnole. Mais la Direction des Musées de France choisit la maison Romain Rolland pour y implanter le musée présentant les oeuvres léguées - dont la gestion nous est aussitôt retirée. Il a été toutefois reconnu, d'une part, que la maison de La Goulotte devait être restaurée afin de se transformer en centre d'activités culturelles et, d'autre part, que l'association restait dépositaire des volontés testamentaires de Christian Zervos. Repliée sur le site de La Goulotte, l'association entreprend une série de concerts, de lectures et de conférences, d'expositions.

Après la présentation d'un choix d'oeuvres du Fonds Régional d'Art Contemporain de Bourgogne en 2001, l'association se tourne vers des expositions d'artistes travaillant dans la région (Claudie Stassart-Springer, Henri-Charles Nogaret, Régis Bouvier, Arthur Aeschbacher, Judith Wolfe, Isabel Duperray, Christian Sorg), ou bien liés au legs Zervos (Philippe Bonnet) ou bien encore à la thématique de l'écriture (oeuvres croisées de Michel Butor avec des plasticiens, Gregory Masurovsky, Le nu foudroyé réunissant Lucien Clergue, Gérard Simoën et Patrick Grainville).

En 2001, la nouvelle convention signée avec la municipalité stipule qu'un tiers des loyers perçus par l'association au titre du legs Zervos reviendra au musée dès son ouverture. Betty Buffington, nouvelle présidente, annonce la création du Prix Zervos récompensant un jeune artiste, prix lié à l'aménagement d'un atelier d'artiste à La Goulotte.

Le Prix Zervos est complété par un autre volet complémentaire : la création à La Goulotte d'une Maison du critique d'art. Autre principe retenu : celui de l'alternance des expositions. Une année : exposition du Prix Zervos et, l'année suivante, une carte blanche est donnée à un critique d'art. Les deux premiers critiques invités sont Christian Besson (La Visite) et Cédric Loire (Surface de passage) qui tous deux ont présenté des expositions collectives dans toute la maison de La Goulotte.

L'atelier aménagé, le premier Prix Zervos est décerné à Claire-Lise Petitjean le 24 mars 2007 par un jury de professionnels présidé par Pierre Liégeois, nouveau président de l'association. Alors que nos projets sont de plus en plus ambitieux, la nouvelle convention avec la municipalité de Vézelay ampute de nouveau notre budget.

L'aventure continue...
Mentions légales © Association "Fondation Christian et Yvonne Zervos"