+
La maison Zervos
© Association "Fondation Christian et Yvonne ZERVOS"
cliquez pour agrandir

L'architecte

+
Jean Badovici
© DR Eileen Gray, une biographie, de Peter Adam (éd. A. Biro, Paris)
cliquez pour agrandir

Jean Badovici (Bucarest, 6 janvier 1893 - Monaco, 17 août 1956)

L’inventeur et architecte d’origine roumaine, Jean Badovici, n’est pas seulement associé à la Maison en bord de mer E1027, conçue pour lui par l’artiste irlandaise Eileen Gray, à Roquebrune-Cap-Martin. C’est à Vézelay, où il résida rue de l’Argenterie, que l’avant-gardiste associé à Gray transforma, dès 1926, quatre maisons de ville dans l’esprit de la machine à habiter de Le Corbusier. "A Vézelay, il a fait quelques chefs-d'oeuvre en transformant avec une saveur et une netteté, une intégrité remarquable, de vieilles baraques lui appartenant", reconnaissait Le Corbusier en son hommage. (cf. L'Architecture d'aujourd'hui, juillet-août 1956).

Tout en s’affranchissant du maître à travers le manifeste dialogué De l’Eclectisme au doute, entre sa collaboratrice et lui-même, il se mêle aux débats sur le fonctionnalisme, notamment au sein du Congrès International d’Architecture Moderne (C.I.A.M.). Il est du voyage aux côtés de Zervos, de Léger, de Lurçat et de Le Corbusier quand, en 1933, le IVème congrès débouche sur la Charte d’Athènes, texte fondateur de l’urbanisme du XXème siècle.

Ses fonctions de rédacteur en chef aux Editions Morancé lui confèrent aussi une part active dans l’illustration des thèses modernistes, notamment par la revue L’Architecture vivante, "Documents sur l'activité constructive" qu’il dirigea pendant 10 ans. Théoricien de l’aménagement urbain plus que bâtisseur, il redessina après guerre les plans de petites villes du nord de la France: celles de Bavay, riche de son passé gallo-romain, de Solesmes ou de Louvroil, plus industrielle. Il prit part aussi à la reconstruction de Maubeuge dévastée, sous la direction d’André Lurçat dont il fut l’adjoint. Cette refondation marqua un tournant dans la préfabrication des grands ensembles et tranche avec ce qu’il conçut à Vézelay.

+
Volet à auvent
© Association "Fondation Christian et Yvonne ZERVOS"
cliquez pour agrandir

Esprit inventif, il se fit par ailleurs remarquer par ses brevets d’invention de systèmes d’huisserie, volets coulissants ou à auvent adoptés entre autres à La Goulotte. On lui doit également des prototypes de canots de sauvetage insubmersibles, dont une des maquettes serait restée longtemps dans son grenier.

A Vézelay, les ambitions de Badovici se révèlent être tout aussi originales. Les "logements pour artistes" qu’il réalisa avec Gray, étaient promis aux foisonnements artistiques dans un esprit communautaire. D’autres rénovations répondirent à des commandes de particuliers, comme celle du peintre Renaudin, ou pour sa propre maison sur laquelle Léger et Le Corbusier apposèrent une fresque. A ce titre, Badovici pourrait être aussi considéré comme un rénovateur avant la lettre du patrimoine rural.

De son vrai nom Badoviso, Badovici italianisa son patronyme, avant d’être naturalisé français au début des années 30, comme Kristos Zervos. L’amitié entre les deux hommes date de leurs années d’études où ils partagèrent la même "piaule", rue des Carmes à Paris. L’un, thésard en Sorbonne, l’autre, étudiant en architecture, débutèrent aux Editions Morancé. Quand Zervos créa les Cahiers d’art chez le même éditeur, Badovici en devint naturellement l'un des collaborateurs. C’est aussi par son intermédiaire que Zervos découvrit La Goulotte, fermette que l’architecte transforma en résidence d’été. Il décèda peu après le Xème et dernier C.I.A.M. qui prit fin en 1956 sur fond de contestation de la jeune génération.

Mentions légales © Association "Fondation Christian et Yvonne Zervos"